assurance pret immobilier

Comment calculer le coût de l’assurance d’un prêt immobilier ?

Le choix de l’assurance prêt immobilier est très important lorsque vous envisagez de faire un crédit auprès de votre banque. En effet, la police que vous devez choisir doit présenter des garanties similaires à celles de votre banquier et vous permettre une couverture totale, à moindre coût. En parlant de charge, nous allons vous montrer dans cet article, comment calculer le coût d’assurance de prêt immobilier. Nous vous listerons également les deux facteurs principaux qui influent sur le tarif de ce genre d’assurance.

Méthode de calcul du coût d’assurance d’un prêt immobilier

Pour pouvoir décrocher un crédit immobilier, la banque exige généralement la souscription à une assurance emprunteur. Celle-ci a pour rôle de garantir le remboursement du capital emprunté lorsque le bénéficiaire manifeste des incapacités de paiement temporaires ou permanentes. Cela dit, avant de souscrire à une assurance de prêt immobilier, vous devez vérifier que les garanties assurées par cet établissement soient semblables à celles de votre banquier, car dans le cas inverse, votre demande de crédit immobilier sera systématiquement rejetée.

Cependant, il n’y a pas que les garanties qu’il faut vérifier, vous devez aussi estimer les économies que vous allez réaliser grâce à votre assureur. Pour cela, il faut calculer le coût d’assurance de prêt immobilier !

La méthode de calcul du coût global d’assurance de prêt est très simple. En effet, pour déterminer ce coût, vous aurez besoin :

  • du montant du capital que vous souhaitez emprunter ;
  • la durée de remboursement de l’emprunt ;
  • le taux effectif global de l’assurance (TEG).

Une fois que vous aurez toutes ces données, il vous suffit de multiplier le montant du capital emprunté par le TEG. Le montant que vous allez obtenir représente le coût de l’assurance pendant une année.

A lire aussi :  Qu'est-ce que le Cashback proposé par les banques ?

Par ailleurs, si vous voulez avoir le coût mensuel, divisez le montant annuel que vous avez obtenu ultérieurement sur 12. Après, si vous voulez comptabiliser le coût global durant toute la durée du prêt, multipliez le coût annuel par le nombre total d’années accordées pour le remboursement du crédit ! Toutefois, il faut savoir que le TEG varie d’une assurance à une autre et ceci est dû à plusieurs facteurs.

Qu’est-ce qui influe sur le coût d’assurance d’un prêt immobilier ?

Les coûts des assurances emprunteur varient d’une entité à une autre, et quand on parle de coût d’assurance, on fait plutôt référence au taux global effectif. En effet, les assurances calculent ce taux en fonction de plusieurs paramètres, parmi lesquels on cite.

L’inflation du prix de l’immobilier

Étant donné que les assurances de prêt assurent le remboursement total ou partiel du crédit immobilier en cas d’incapacité de paiement de l’assuré, l’assureur doit adapter ses tarifs au prix de l’immobilier. Néanmoins, il faut savoir qu’après la signature du contrat, le TEG communiqué au départ reste fixe durant toute la période du remboursement.

L’état de santé de l’assuré

L’état de santé de l’assuré influe grandement sur le coût de l’assureur. En effet, avant de conclure, l’assureur demande généralement un bilan sur l’état de santé de la personne en question. L’objectif du bilan de santé est de permettre à l’assureur de savoir s’il va ou pas prendre en charge le remboursement des dettes à la place de son client. D’ailleurs, si le bilan présenté par le client est incomplet, l’assureur a le droit de demander des analyses supplémentaires. En fait, plus le bilan de santé du client est positif, plus celui-ci a de chances d’être couvert par une assurance à un coût très favorable.

A lire aussi :  Comparer les meilleures banques en ligne

Mais alors, qu’en est-il des personnes qui souffrent de maladies incurables ? Habituellement, ces personnes ont des difficultés à trouver la bonne assurance de prêt, étant donné le coût important de cette dernière. Néanmoins, pour ne pas les pénaliser, l’État autorise les personnes qui ont déjà été atteintes de cancer ou de l’hépatite de ne pas mentionner leur maladie après les cinq premières années de traitement.